1 rue Fulvy

56100 Lorient | FRANCE

info@bluefish.fr

+33 (0)2 97 89 13 25

Suivez-nous sur

  • White Facebook Icon

© 2019 Blue Fish  | Mentions légales | Espace presse

L'actualité

Réunion des Conseils Consultatifs Régionaux à Bilbao

 

Blue Fish, en tant qu'ONG, est désormais membre des Conseil Consultatif Sud, Conseil Consultatif Nord-Ouest (eaux occidentales et septentrionales) et Conseil Consultatif Nord.

A ce titre, Blue Fish a participé aux réunions inter-RAC qui se tenaient à Bilbao du 21 au 23 avril 2015 dans le cadre du salon Sinaval-Eurofishing Elite. L'un des principaux thèmes abordés au cours de ces réunions concernait l'obligation de débarquement et le projet européen DiscardLess dont le est d'élaborer des stratégies pour l'élimination progressive des rejets dans les pêcheries européennes.

 

Blue Fish a également pris part à la Conférence sur l'Obligation de débarquement dans la Politique commune de la pêche.
Au cours de cette conférence, la DG MARE a rappelé les bases du règlement Omnibus (
rapport du député Alain Cadec adopté le 28 avril), le calendrier et les différentes phases de la réglementation avec des consultations qui s'étendront de 2016 à 2018 pour établir des recommandations communes, une fois définies les zones, les espèces et les métiers concernés. La Commission a aussi évoqué l'application du règlement au quotidien et la nécessité d'adapter les techniques de pêche et d'organiser le suivi et le contrôle de l'application de ces nouvelles règles.

Clara Ulrich, de DTU Aqua (Danemark) a expliqué comment la science pouvait contribuer à la mise en oeuvre de cette obligation en analysant les impacts à la fois environnementaux, humains et économiques. Elle a souligné l'importance de la technologie et notamment l'amélioration de la sélectivité, mais aussi le partage nécessaire des connaissances entre pêcheurs et scientifiques pour mieux comprendre quand et où nous pêchons. L'obligation de débarquement a aussi un impact humain. Il convient d'après Madame Ulrich, de bien identifier et cartographier les rejets, de lever certaines barrières sociales et de trouver des voies de valorisation dans les chaines de valeurs existantes ou dans de nouveaux modèles économiques. Elle a aussi rappelé la nécessité d'associer biologie, économie et technologie, de comparer les modèles existants et de diffuser la connaissance de manière interactive. Enfin Il faut mieux comprendre les effets de la réglementation, les facteurs d'influence et les effets sur la ressource et aussi comprendre ce qu'attend le public et réaliser une gestion basée sur le résultat à travers une surveillance effective des captures. La professeure danoise a invité toutes les parties prenantes à se joindre au programme DiscardLess 2015-2018. Ce projet lancé en mars 2015 est un large programme doté d'un fonds de 5,5 millions d'euros financés par l'Union Européenne dans le cadre de EU Horizon 2020. Il réunit 31 partenaires de 12 pays et a deux ambassadeurs : Mike Fitzpatrick de l'industrie, et Lisa Borges, membre d'une ONG.

Jaime Zufia, scientifique d’ AZTI tecnalia (Pays-Basque) a proposé une analyse des différentes options d’exploitation et de commercialisation des rejets. A ce stade, il convient déjà de définir la typologie des rejets et à la fois de respecter l’obligation de débarquement avec un objectif de RMD, de ne pas encourager la surpêche et de ne pas perturber les marchés et les circuits de commercialisation actuels. Les voies possibles de commercialisation, de valorisation des co-produits ou des produits entiers, de mise au point de nouveaux produits à destination de la consommation humaine (cf projet HORECA) ou de la consommation animale existent. Mais elles impliquent des conditions préalables en termes de réglementation, de conditions techniques, de priorité environnementales, de contrôle, de traçabilité et aussi d’équipement à terre et d’adaptation des ports de débarquement et places commerciales. Quels process, quelle valeur ajoutée, quels marchés et pour quel revenu ? Autant de questions à l’étude qui restent encore sans réponse.

Pour terminer la conférence, Ian Gatt du CC Pelagic a fait un premier retour d’expérience après 3 mois d’application de l’obligation de débarquement sur les pêcheries pélagiques et mis en évidence les difficultés rencontrées par les pêcheurs, soulevé la question du contrôle par l’utilisation des cameras vidéo et posé la question des mesures à appliquer sur les navires battant pavillon de pays tiers…Ensuite Bertie Armstrong, président du CC Nord-Ouest a évoqué les enjeux de la mise en œuvre de l’obligation de débarquement pour sa région. Il a été rejoint par Jean-Marie Robert, secrétaire général du CC Sud qui a abordé les principaux aspects de la négociation sur l’obligation de débarquement en ce qui concerne les espèces pélagiques dans sa région. Nul doute que les discussions se poursuivront encore pour de nombreux mois au sein des Conseils consultatifs.

Olivier Le Nézet était également présent à la réunion sur les pêcheries insulaires du CC-Sud aux Açores, les 11 et 12 mars derniers où il a été question de la création d'un CC-RUP (Conseil consultatif pour les régions ultra-périphériques). Pour renforcer sa participation au sein des Conseils consultatifs régionaux, Blue Fish se porte candidat au comité exécutif du CC-Sud qui sera renouvelé au cours de son Assemblée Générale à Santander en juin prochain.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles récents
Please reload